Les saventuriers, l'école de la recherche

Menu

02 octobre 2019 | En classe

Rencontre avec Matthieu Stein

Enseignant de SVT en collège REP+, curieux des technologies éducatives, Matthieu Stein mène des projets Savanturiers depuis 2016 et crée du lien entre les différentes disciplines scientifiques. Retour sur son parcours et ses pratiques de classe.

Comment en êtes-vous arrivée au métier d'enseignant ? Quel est votre parcours ?

Je suis enseignant de SVT en collège REP+ depuis 5 ans, je suis passé par une Licence de Sciences de la Vie et Physiologie Sportive (Option Sciences de la Terre) à l’Université de Savoie-Mont Blanc (Bourget du Lac). J’ai ensuite réalisé un Master MEEF SVTU à l’Université Lyon 1 avec passage du CAPES en M1 et stage de M2 au Lycée la Martinière-Monplaisir de Lyon. J’ai également repris mes études en 2018 pour passer un Master MEEF parcours 4 sur les Technologies Educatives à l’Université de Cergy.

Pourquoi avez-vous choisi la voie de l’enseignement ? Est-ce quelque chose qui vous a toujours plu ou l’avez-vous choisi au cours de votre formation ?

J’ai choisi l’enseignement intuitivement au cours de mes études. Initialement intéressé par le sport et les technologies innovantes dans la pratique sportive, j’ai commencé à travailler sur ce domaine via mes compétences en physiologie mais ayant appris le manque de places disponibles pour ces métiers j’ai poursuivi mon option de Sciences de la Terre et ai décidé de pratiquer un métier qui combine les deux sciences, c’est donc le métier d’enseignant qui c’est présenté à moi.

Quel regard portiez-vous à cette époque sur l’enseignement des sciences à l’école ?

Je pensais à l’époque que les sciences en classe allaient se résumer à une étude des expériences structurantes et historiques de la science avec une approche autour de ces expériences pour appuyer les connaissances actuelles. Cependant cette approche par l’histoire des sciences n’est pas assez exploratoire et parfois trop complexe à envisager pour les élèves avec lesquels il faut, je pense, se tourner vers une approche personnelle et directe pour les intéresser à leur actualité et ensuite discuter des différentes phases par lesquelles sont passées ses connaissances.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vos pratiques de classe ?

Je m’efforce d’utiliser des exemples d’actualité ou concrets pour les élèves en développant des éléments de recherche scientifique par étapes. Je favorise la prise d’initiatives des élèves et surtout leur prise de position vis à vis de la problématique de séance ou de séquence. Le travail autour de l’esprit critique est donc ce que j’essaye d’incorporer dans mes pratiques de classe en variant les supports et types d’activités.

Comment envisagez-vous les sciences dans votre classe ? Quel regard portez-vous aujourd’hui sur l’enseignement des sciences à l’école ?

Dans ma classe et pour mes élèves, les sciences doivent rester une discipline qui pose des questions et apporte des réponses par la méthodologie unique et universelle. Les sciences sont donc dans ma classe un apport dans la méthodologie des élèves avant d’être un apport de connaissances. Je vois les sciences à l’école comme un parallèle aux sciences de laboratoire, une reproduction à petite échelle de la collaboration entre les disciplines pour développer de nouveaux outils et les utiliser et un moyen de tester et développer ses idées autour d’un sujet, d’une question socialement vive.

J’essaye de porter un regard de praticien et analyste sur les sciences à l’école en faisant vivre des questions sociales et d’actualités scientifiques en classe avec mes élèves afin de respecter le programme mais également profiter des avancées scientifiques pour intéresser les élèves, donner du sens à l’enseignement et faire du lien entre les différentes disciplines scientifiques.

Quel type de projet menez-vous avec vos élèves ? Participez-vous à d’autres programmes ? Faites-vous appel à des intervenants extérieurs ?

Globalement je mène des projets Savanturiers avec mes élèves sur le thème de l’impact de l’Homme sur son environnement. Je ne participe pas à d’autres programmes ou projets mais développe et adapte les projets Savanturiers à d’autres problématiques et disciplines (partage de connaissances et données entre l’EPS et la SVT, la Physique-Chimie et la SVT, la Géographie et la SVT, etc.). Les intervenants extérieurs sont ceux des Savanturiers lorsqu’il y en a sinon je ne fais pas appel à des intervenants pour les projets. Je préfère travailler avec les collègues de mon établissement ou d’un autre collège.

Pourquoi vous êtes-vous lancé dans le dispositif Savanturiers - École de la recherche ?

Je me suis lancé dans ce dispositif pour développer mes compétences à transmettre la démarche scientifique que j’avais du mal à faire vivre lors de ma première année. Un collègue qui connaissait le dispositif m’a incité à faire un projet Savanturiers pour continuer la démarche de projet que nous avions initié avec les élèves.

Pouvez-vous nous parler des projets e-FRAN et Schools Challenge ?

Le projet e-FRAN est un projet dans lequel Savanturiers et l’académie de Créteil nous ont proposé de travailler sur un cahier numérique de recherche. Les enseignants comme moi qui participaient au projet essayent d’indiquer ce que les enseignants et les élèves recherchent et pratiquent autour du numérique et des sciences. Le CNEC est né de ce projet grâce au développement de Tralalère et de Savanturiers, nous avons pu le tester au cours du projet Savanturiers et réaliser un feedback sur ce logiciel.

The Schools Challenge est lui un projet inspirant autour de l’impact de l’Homme sur son environnement et demandant de développer un réel prototype de solution face au dérèglement/réchauffement climatique. L’avantage de ce projet est de faire participer des élèves moins “scolaires” et recherchant principalement la réalisation et le FAIRE, ce qui est parfois compliqué dans un projet Savanturiers avec des élèves de 3ème qui peuvent avoir des idées techniquement ou légalement impossibles à mettre en oeuvre en collège.

Comment s’organise votre projet Savanturiers durant l’année ? Utilisez-vous des outils Savanturiers (carte de navigation, vade mecum, CNEC, etc.) ? Si oui, lesquels et comment ?

Au cours de l’année, nous décidons avec les collègues motivés comment intégrer cela dans nos programmes et programmation. Généralement nous partons d’une problématique commune ou de questions d’élèves ou de collègues qui reviennent autour de la thématique générale. Pour conserver une cohérence entre plusieurs disciplines et des dates parfois éloignées entre les séances du projet, nous avons utiliser le CNEC l’an dernier et continuerons de l’utiliser si possible afin de garder traces et gestion du projet entre les différents groupes.

Comment interagissez-vous (vous et vos élèves) avec votre mentor ?

Généralement, les collègues et moi sommes les seuls à interagir avec le mentor. Les deux fois où nous en avions un, nous avons travaillé avec le mentor pour développer l’idée et la problématique du sujet. Le mentor permettait, ensuite, au cours des séances de fournir des documents aux élèves pour avancer dans nos recherches et découvrir des documents issus de la recherche scientifique.

En quoi consiste votre rôle/posture d’enseignant dans le projet ? Quel impact ce projet a-t-il sur votre métier d’enseignant ?

L’enseignant dans un projet Savanturiers est plus un aide méthodologique qu’un enseignant apportant une connaissance ou une information essentielle. Je considère déjà l’enseignement de cette façon et participer à des projets comme Savanturiers permet de me conforter dans l’idée que cela est réalisable et surtout efficient si la préparation en amont a été cohérente avec le niveau des élèves. Il faut également apprendre à lâcher les rênes de contrôle que l’on cherche souvent à avoir lors des projets. Car dans ce type de projets, les élèves doivent avoir la liberté de développer leur idée et leur prototype auquel nous n’avions pas forcément penser en tant qu’enseignant.

Autres actualités

18 octobre 2019 | Formations

[Ressource pour la formation] Vade mecum « Se lancer dans un projet Savanturiers »

Une ressource indispensable pour vous accompagner dans la mise en place d’un projet de recherche avec vos élèves
Lire la suite

14 octobre 2019 | Formations

Retrouvez les supports de présentation de la formation de rentrée

Vous n’avez pas pu assister à la formation du 12 octobre ? Retrouvez ici les supports de présentation des intervenant.e.s.
Lire la suite

Inscription à la newsletter des savanturiers

Valider
Découvrir toutes nos newsletters